Prévention et répression

Le rejet de ce qui était toléré hier (crimes sexuels ou délit de grande vitesse par exemple) et la baisse des homicides procèdent d’un même désir très partagé d’une société pacifiée.
Nous devons collectivement trouver des solutions pour que la violence diminue fortement, comme les homicides ont diminué.

Mais ce n’est pas avec une violence institutionnelle augmentée et aveugle que l’on ira vers une société pacifiée, au contraire

La demande tout à fait légitime de réduire la délinquance de toutes sortes n’aboutira que si la société sait être pacifiée, y compris vis-à-vis des populations actuellement marginalisées. Par exemple :
une population pacifiée se sent en harmonie avec sa police, mais celle-ci n’est pas incitée à se comporter en cow-boy.
Ce n’est pas avec la multiplication des contrôles au faciès ou avec une discrimination à l’embauche qu’on obtiendra que les « minorités visibles »aient envie d’adhérer aux valeurs communes
Les sanctions de la justice doivent être proportionnées et préparer la réinsertion : l’enjeu majeur est de diminuer les taux de récidive
La diminution des accidents de la route est le fruit d’une action sur tous les facteurs : cet exemple devrait utilement être médité

Il est prévu de publier un article plus développé sur ce thème