Promesses électorales

Les candidats à la primaire écologiste s’étaient tous les quatre déclarés favorables à la mise en place d’un revenu de base. Comme pour démontrer que, si on ne risque pas d’arriver au pouvoir, on n’a pas de raison de se limiter dans les promesses et leur faisabilité, Michèle Rivasi n’a pas hésité à proposer un revenu universel de 800 à 1000 €, mais seulement la moitié pour les moins de 18 ans.

candidats-ecologistes

Il y a environ 14 millions de Français de moins de 18 ans et 52 millions d’au moins 18 ans. A 800 € par mois (soit 9600 € par an) cela fait 566 milliards d’euros. A 1000 euros par mois il faut trouver 708 milliards d’euros.
En 2015 le PIB de la France a été de 2181 milliards. On parle donc ici respectivement de 25 ou 31 % du PIB total de la France.

Une paille !

Dans le deuxième cas plus que toutes les prestations sociales (retraites, maladie, chômage, allocation familiales) réunies. On environ le double du budget de l’État.

Une misère !

Car quel beau projet : il mérite qu’on se creuse un peu la tête pour y arriver !

revenu-universel-france-conseil-national-du-numerique-une

La candidate a été jusqu’à définir des moyens de financement : ré-allouer au revenu de base les budgets actuels du RSA et des allocations chômage, mais également augmenter l’impôt sur le revenu pour les salaires les plus hauts.
Le RSA (payé par les départements et en partie financé par l’État) c’est un peu moins de 10 milliards par an. Les allocations chômage, ce sont environ 35 milliards. Ces deux ressources représentent environ 6.5 % des besoins dans l’hypothèse la plus élevée : il reste dans ce cas 663 milliards.

Reste la solution d’augmenter l’impôt sur le revenu. Celui-ci représente une recette de 131 milliards dont la moitié sont payés par les 10% des Français ayant le revenu le plus élevé.
En 2011, le revenu imposable total de tous les Français était de 854 milliards d’euros et celui du décile supérieur de 286 milliards (voir ici page 10 et 11)
Pour trouver les 663 milliards de la proposition la plus élevée de Michelle Rivasi, il faut donc réquisitionner 78 % du revenu imposable de l’ensemble des Français, sachant que l’impôt actuel sur le revenu représente déjà environ 15% du revenu imposable. On passerait donc à un impôt sur le revenu à 93 % du revenu imposable.

Une paille bien sûr.

Qu’on se rassure, le revenu imposable est plus faible que le revenu réel puisqu’il y a des déductions automatiques. Il restera aux citoyens imposables quelques euros !
Mais on ne peut sérieusement dire qu’on ne s’attaque qu’aux salaires les plus hauts.

Si les écologistes font de la surenchère sur le revenu universel de base, c’est sur le SMIC que les candidats à la primaire socialiste ont décidé de se montrer les plus « à gauche », en admettant que les convictions de gauche puissent se mesurer sur ce critère.

Rappelons d’abord que depuis le 1er janvier 2016, le SMIC horaire est passé de 9,61 à 9,67 euros brut soit un montant mensuel de 1 466,62 euros pour 35 heures hebdomadaires et un SMIC net d’environ 1130 euros

DDM XAVIER DE FENOYL / A ROQUES SUR GARONNE  LA SENATRICE   PS PARTI SOCIALISTE  MARIE NOELLE LIENEMANN  ANCIENNE  MINISTRE DELEGUEE AU LOGEMENT ET AU CADRE DE VIE RENCONTRE LES ACTEURS D AXE SUD  COMMUNAUTE DE COMMUNES DU SUD OUEST DE TOULOUSE    PORTRAIT

DDM XAVIER DE FENOYL / A ROQUES SUR GARONNE LA SENATRICE PS PARTI SOCIALISTE
MARIE NOELLE LIENEMANN ANCIENNE MINISTRE DELEGUEE AU LOGEMENT ET AU CADRE DE VIE RENCONTRE LES ACTEURS D AXE SUD COMMUNAUTE DE COMMUNES DU SUD OUEST DE TOULOUSE PORTRAIT

Marie Noëlle Lienemann s’est montrée plutôt timorée puisqu’elle prône un smic net à 1300 euros en 2017 et vise 1500 euros net en 2022. Soit une hausse immédiate de 15% et une hausse d’un tiers sur l’ensemble du quinquennat. Sans compter l’effet de l’octroi d’une sixième semaine de congés payés(équivalent à une augmentation de 2%).

On ne connait pas encore le niveau visé par JL Mélenchon. En 2012 il avait proposé un passage à 1700 euros brut immédiatement et à 1700 net en cours de quinquennat. Soit une augmentation de 55 % au total

Gérard Filoche promet de son côté un SMIC à 1800 euros en 32 heures, mais il ne précise pas s’il s’agit de salaire net ou brut…Mais peut être lui non plus n’espère pas être élu ?

Un salarié à temps plein payé au SMIC gagne donc en net 1130 euros par mois soit 13560 euros par an. La proposition de Mme Lienemann est de 15600 euros par an, avec un objectif à 18 000 euros, celle de Mélenchon était de 20300 € par an, celle de Gérard Filoche est de 21600 € mais on ne sait pas si c’est du net ou du brut.

En 2013 (de 2013 à 2016 le SMIC a augmenté de 1.5%), les rémunérations temps plein se répartissent de la manière suivante
• Le premier décile était à 14007 par an
• Le premier quartile était à 16 619 euros par an
• Le salaire médian était à 21019 euros par an.
La proposition de M N Lienemann toucherait donc directement environ 20% des salariés dans un premier temps et 65 % à terme. Celle de Mélenchon en 2012 devait concerner directement environ 45 % des salariés.
Indirectement, il est évident qu’une augmentation forte du SMIC touche aussi les salariés dont la qualification est légèrement supérieure au smicard. Avec les propositions des candidats de la gauche du PS, c’est sans doute plus de la moitié des salariés qui touchés d’une manière ou d’une autre : le coût de la mesure est évidemment beaucoup plus élevé que celui qui ressort de l’augmentation des seuls smicards.

les-hausses-du-smic

On notera que le SMIC était à 9.22 euros de l’heure au moment de l’élection de François Hollande. Le niveau actuel de 9.67 euros correspond donc à une hausse de moins de 5%.
En décembre 2012, lors du passage du SMIC à 9.22 €, l’indice des prix (base 100 en 2015) est à 98.04 contre 100.04 en décembre 2015 : en 4 ans, les prix n’ont donc augmenté que de 2%. Le gain de pouvoir d’achat du SMIC horaire a dont été de 3% environ sur 4 ans.

On pourra estimer que cette très faible évolution du SMIC pendant les quatre premières années du quinquennat de F Hollande prouve qu’il n’est plus du tout à gauche ou qu’il mène une politique de droite.
On peut aussi se demander pourquoi il a agi de telle sorte ?
Il y deux raisons, toutes les deux liées à l’emploi
• La première est que la France a un retard de compétitivité prix avec l’Allemagne et que la résorption progressive de celui-ci suppose une progression des salaires plus faible en France qu’en Allemagne. Et le seul levier qu’a pour cela le gouvernement est l’évolution du SMIC et plus particulièrement l’absence de « coup de pouce »
• La seconde raison est que le ratio entre le salaire minimum et le salaire médian est en France plus élevé que chez tous les autres pays de l’union Européenne. La conséquence de cette situation est bien connue : un taux de chômage élevé chez les moins qualifiés

ratio-smic-europe

A contrario, on sait ce qu’entrainerait les propositions de nos candidats « plus à gauche que moi tu meurs » : une explosion du chômage, en particulier pour les moins qualifiés.
Entre des travailleurs pauvres ou des chômeurs pauvres, le choix de la gauche du PS est très clair : elle préfère des chômeurs pauvres.

Beaucoup à gauche ont reproché à F Hollande de ne pas avoir tenu ses promesses. Ne peut-on pas plutôt demander aux candidats d’éviter les promesses intenables ? A ce qui a été décrit plus haut, on voit que ce n’est pas gagné !

Nota : les promesses de l’autre camp n’ont pas été analysées ici, cela ne signifie pas qu’elles sont plus sages (généralement, leur manque de sagesse ne porte pas sur les mêmes sujets)…

Speak Your Mind

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>