Libéral ou pas ?

François Fillon est aujourd’hui présenté comme un conservateur, un libéral, un souverainiste, un défenseur de la famille et des valeurs catholiques. Un anglo-saxon ou un observateur scandinave serait probablement surpris, au regard du programme de l’ancien premier ministre, de voir figurer parmi ces qualificatifs celui de libéral (en économie).

fillon

Qu’est-ce que le libéralisme en économie ? D’après Wikipédia, cette école de pensée, estime que les libertés économiques (libre-échange, liberté d’entreprendre, libre choix de consommation, de travail, etc.) sont nécessaires au bon fonctionnement de l’économie et que l’intervention de l’État doit y être aussi limitée que possible.

François Fillon souhaite-t-il réduire l’intervention de l’État dans le domaine économique, par exemple en vendant ses participations dans les entreprises, en supprimant les interventions du ministère de l’industrie, de la BPI, de l’ADEME ? Il ne semble pas !

François Fillon souhaite-t-il ouvrir les professions réglementées /protégées (pharmaciens, taxis, huissiers, notaires… au grand vent de la concurrence ? Il ne semble pas !
François Fillon souhaite-t-il négocier de nouveaux traités de libre-échange avec de nouveaux pays ? Souhaite-t-il remettre en cause toutes les distorsions qui favorisent telle ou telle profession pour des raisons purement historiques ?

Si c’est le cas, ce n’est pas ce qui est mis en avant dans son programme !

Ce qu’on trouve dans le programme de François Fillon ce sont
• Des mesures en faveur des entreprises (en commençant par une baisse des impôts sur les résultats)
• Des mesures qui vont peser sur les salariés (passage aux 39 heures payées moins de 39 heures) et les consommateurs (augmentation de la TVA)
• Des mesures qui vont favoriser les plus riches, à commencer par la suppression de l’ISF et les avantages accordés pour les donations en continuant par des modifications de l’impôt sur le revenu en faveur des hauts revenus
• Des mesures idéologiques contre la présence des syndicats dans l’entreprise, quand l’Allemagne a montré que cela n’est pas contradictoire avec la réussite économique.

riche

Par le choix d’un candidat culturellement conservateur et socialement favorable aux riches, la droite vient d’ouvrir un espace pour une vraie sociale démocratie, celle qui se conjugue sans difficulté avec une économie de marché bien comprise. Mais on sait que la gauche française n’a jamais su s’afficher réellement sociale-démocrate…

Speak Your Mind

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>