Assurance maladie

François Fillon a prévu dans son programme une baisse des remboursements de soins. C’est l’occasion d’une analyse des dépenses maladies et des actions menées pour les maitriser.

• Elles représentent un montant important du PIB, environ 12 % en 2016, un peu moins que la somme consacrée aux retraites. Un peu plus des trois quarts (soit environ 200 milliards d’euros) sont financées par les régimes de base de la Sécurité Sociale, et plus de la moitié du reste par les organismes complémentaires, la part des ménages étant limitée à 8.5%
• Depuis la création de la Sécurité Sociale, elles ont augmenté plus vite que le PIB : il a donc fallu régulièrement trouver des solutions pour augmenter les recettes, sous peine d’aggraver le fameux « trou de la Sécu

evolution-de-londam

• Ces dernières années, il a été possible de maitriser ces dépenses et leur progression
o Des actions ont été menées à l’hôpital(qui compte pour environ la moitié des dépenses). Ceux-ci ont été contraints de maîtriser leurs dépenses d’abord à travers le budget global (années 80 et 90) puis par la ratification à l’activité. Cela s’est notamment traduit par une réduction de la durée de séjour et par le, en particulier par le regroupement de services
o D’autres ont été menées du côté des médicaments, le point le plus connu étant la priorité donnée à l’utilisation des génériques
o La maîtrise des soins de ville s’est faite surtout avec le numérus clausus dans la formation des médecins, l’expérience montrant que l’augmentation du nombre de médecin se traduit par une augmentation des dépenses de santé
• Les prévisions à long terme prévoient une augmentation des dépenses en lien avec le vieillissement de la population. En effet, les dépenses par personnes et par an croissent nettement après 50 et surtout 65 ans. La proportion des plus de 65ans est en croissance régulière du fait de l’arrivée des classes nombreuses du papy-boom et de l’augmentation de l’espérance de vie : mécaniquement, cela fait augmenter régulièrement les dépenses, de manière modérée mais inéluctable.
depenses-medicales-selon-lage