Vaccination

La décision du gouvernement de rendre obligatoire un total de onze vaccins a évidemment fait réagir les adversaires de la vaccination.
Le journal Le Monde a pris une position très ferme en faveur de la vaccination et les nombreux articles publiés (pour l’essentiel dans les pages des « décodeurs ») ont montré
• D’une part que les arguments mis en avant par les adversaires de la vaccination reposaient pour la grande majorité sur des faits erronés voire mensongers
• D’autre part que chacun des onze vaccins rendus obligatoires avait déjà, depuis son utilisation, fait fortement baisser la mortalité due à la maladie visée par le vaccin
Tout récemment, j’ai vu passer sur le réseau social que je suis un post proposant d’aller signer une pétition contre cette vaccination obligatoire. Cette pétition mettait notamment en avant un des faits montrés comme mensonger par le Monde.
La plupart de ceux qui avaient commenté le post allaient dans le même sens, à l’exception notable d’un intervenant défendant les vaccins.
Un commentateur, soutenu rapidement par un autre, a donné comme explication à la décision gouvernementale le fait que le Président de Sanofi avait soutenu la candidature d’E. Macron, lequel lui renvoyait donc l’ascenseur avec cette décision « au détriment de la santé des bébés ».
L’argument complotiste est en soi une alerte sur la qualité de la thèse défendue. Mais comme il s’agit d’un argument assez souvent mis en avant dans cette affaire, il mérite d’être un peu creusé.
Et justement, les Echos ont déjà étudié le sujet et ont constaté que l’augmentation du nombre d’enfants vaccinés qui devrait résulter de la décision gouvernementale allait déboucher sur une augmentation de la dépense (supportée pour l’essentiel par la Sécurité Sociale et les mutuelles et probablement un peu aussi par les particuliers) chiffrée pour l’ensemble du pays à 20 millions d’euros par an. Comparé au chiffre d’affaires de l’industrie pharmaceutique, c’est totalement marginal : avec ses 33 milliards annuels, le CA du seul Sanofi est 1650 fois plus élevé que le surcoût estimé !
Surtout, comme le remarquent les Echos, cette vaccination va diminuer l’occurrence des maladies visées, ce qui va diminuer les dépenses d’un montant probablement très largement supérieur aux 20 millions évoqués.
En réalité, la vaccination est une mesure préventive extrêmement peu coûteuse au regard de ses effets bénéfiques. On aurait pu s’en douter sans même regarder les chiffres : si l’espérance de vie à augmenté à ce point dans le monde depuis soixante-dix ans, c’est d’abord grâce aux vaccinations, mises en œuvre sur toute la planète. Et si même les pays les plus pauvres du globe ont pu en profiter, c’est justement parce que leur coût est faible, en tous les cas beaucoup plus que les soins à donner aux malades.
Pourquoi ces idées anti vaccins sont-elles populaires ? J’y vois au moins deux raisons
D’abord la montée de la méfiance vis-à-vis des discours officiels et encore plus vis-à-vis des obligations officielles (au nom de la liberté individuelle)
Ensuite la montée de l’individualisme qui fait que certains sont tout à fait prêts à jouer les passagers clandestins et à éviter une vaccination qu’ils estiment dangereuse tout en profitant de la protection contre la maladie apporté par la vaccination des autres.