Boules puantes

François Fillon doit aujourd’hui se défendre d’avoir offert à sa femme un emploi fictif comme assistante parlementaire puis d’avoir obtenu un nouvel emploi fictif de la part du patron de la « Revue des deux mondes », qui est un ami.
L’affaire peut paraitre simple à première vue, puisque François Fillon ne met pas en doute la réalité des salaires perçus par son épouse et que la presse ne remet pas en cause les compétences de celle-ci mais le fait qu’elle les ait réellement exercées. La seule question est de savoir s’il y a une contrepartie aux salaires versés.
De son coté, Emmanuel Macron se voit reprocher d’avoir dépensé en 8 mois une grande partie des frais de représentation annuel de son ministère et d’en avoir utilisé une partie, non pour son ministère, mais pour préparer le lancement de son mouvement En Marche
Au même moment, le Front National est agité localement par des anciens candidats qui se retrouvent à payer une partie de leur campagne car l’Etat a refusé ne part du remboursement pour cause de sur évaluation de kits par le micro parti Jeanne.
Ce même FN se voit demander par le Parlement Européen le remboursement des sommes versées pendant 4 ans pour rémunérer deux assistants parlementaires qui n’ont pas mis les pieds à Strasbourg et Bruxelles mais qui ont servi le parti à Paris.

Je me méfie beaucoup de ses histoires qui comportent souvent une bonne part de rumeurs et d’attaques portées sans la moindre preuve.

J’ai à cet égard le souvenir de l’affaire des cigares qui a conduit en 2010 à la démission de Christian Blanc de sa fonction de ministre : d’après Wikipédia, C Blanc a accusé le chef de cabinet qu’il avait licencié peu de temps auparavant Guillaume Jublot, d’être derrière cette accusation. Ce dernier avait perdu le procès en diffamation qu’il avait fait à son ancien ministre. Un an plus tard, Christian Blanc est « soulagé »; le jugement indique que « le tribunal n’a pas jugé diffamants les propos du ministre accusant Jublot d’avoir détourné, pour le compte de la Grande Loge nationale française, des cigares achetés au frais de l’État et remboursés ensuite par Christian Blanc ». Au passage, rappelons que c’est François Fillon qui a poussé son ministre à la démission.

Il y a quelques années, j’avais réagi à des accusations portées par un journaliste contre un élu, accusations qui semblaient plus relever de la manipulation médiatique que de faits avérés. Mais la défiance envers les politiques est telle que j’avais pu voir, stupéfait, que certains des lecteurs de mon blog trouvaient ce comportement normal du simple fait de leur défiance envers le personnel politique.

Les Français sont devenus plus exigeants vis à vis des élus, ce n’est pas un mal, au contraire, mais attention de ne pas jeter le bébé (la démocratie) avec l’eau du bain (le comportement d’une partie des élus).

Si l’on revient aux cas évoqués plus haut

Pénélope Fillon

• P Fillon a-t-elle réellement travaillé ou bénéficié d’un (ou deux) emplois fictifs ? Si l’on en croit ses déclarations de 2007, on ne peut qu’avoir des doutes, d’autant plus que ses apports éventuels ne semblent pas s’être traduits par des actions visibles

E Macron

• Ce qui est reproché à E Macron ressemble plus à des chicaneries qu’autre chose si l’on en croit les décodeurs du Monde. Tout cela pour des accusations présentées comme anonymes, particulièrement risbles quand on connait les pratiques de la plupart de ministres qui prennent les moyens de s’occuper de leur ancienne circonscription ou de leur micro parti (lors du premier congrès du Nouveau Centre en 2008, Hervé Morin a reçu tous les congressistes pour un lunch au ministère de la Défense, pour prendre un exemple prescrit)

marine-le-pen

• Le Parlement Européen veut récupérer les sommes versées à l’assistante parle mentaire de Marine Le Pen parce qu’elle a travaillé pour le FN à Paris et non à Strasbourg ou Bruxelles sur les sujets traités par le Parlement. Manifestement, Marine le Pen, probablement habituée aux normes françaises d’hier, ne comprend pas que le Parlement Européen puisse se montrer plus exigeants pour ses élus !