Tourisme et terrorisme

La France est en train de découvrir ce que d’autres pays comme la Tunisie et l’Égypte avaient connu avant elle : le terrorisme a des conséquences directes sur le secteur touristique et l’emploi qui y est associé. Les attentats de Paris et de Nice ont eu lieu respectivement dans la première et la troisième région de France pour l’emploi lié au tourisme en volume.

Le numéro 1555 d’INSEE Première datant de juin 2015 donnait des éléments statistiques précis sur les emplois liés au tourisme en 2011, soit environ 1.3 millions ou 4% de l’emploi total dans le pays.

serveur-restaurant

L’ile de France abrite 30% de ces emplois (395 milliers en 2011), suivi par les (anciennes) régions Rhône-Alpes et PACA à 11% environ chacune. Ces trois seules. régions représentent donc ensemble plus de la moitié des emplois.

Si on raisonne, non plus en volume total, mais en part de l’emploi régional, c’est la Corse qui vient en tête (11%) suivie des trois régions pré citées, le Languedoc venant s’insérer devant Rhône-Alpes mais derrière IdF et PACA.

Les deux attentats les plus meurtriers depuis le début 2015, à Paris et Nice, ont donc eu lieu dans deux des trois premières régions touristiques, avec très probablement un effet répulsif notable dans la clientèle étrangère. On a pu observer dans les deux cas une part significative d’étrangers parmi les victimes.

Le site régional Ile de France sur le sujet publie l’analyse suivante :
Avec 14,9 millions d’arrivées hôtelières au cours du 1er semestre 2016, la fréquentation touristique de la destination Paris Ile-de-France est en baisse de 6,4% par rapport au 1er semestre 2015 du fait de la baisse conjointe des clientèles internationales (-9,9%) et françaises (-3,5%).
Dans le détail, les clientèles les plus touchées sont japonaises (- 46.2%), italiennes (- 27.7%), russes (- 35%) et chinoises (-19.6%).

L’INSEE donne la même tendance dans son analyse du deuxième trimestre en signalant, cette fois pour l’ensemble du territoire, une fréquentation touristique qui recule fortement (-4.8%) .

tourisme-nice

Les chiffres de l’INSEE ont été publiés à la mi-août : les chiffres du troisième semestre ne devrait pas sortit avant la mi-novembre. Mais des estimations ont déjà été publiées concernant la seule Côte d’Azur, particulièrement touchée par l’attentat de Nice : la fréquentation serait en baisse de 10% et le chiffre d’affaires de plus de 20%, du fait que la baisse affecte essentiellement le moyen et le haut de gamme, les touristes qui dépensent le plus.

Sur un total de 1.3 millions d’emplois, de tels reculs de la fréquentation touristique se chiffrent forcément en dizaines de milliers d’emplois.