Les salaires augmentent-ils ?

A la fin de l’été, nous avons appris que l’augmentation moyenne des salaires pour 2016 serait supérieure aux prévisions (autour de 2.5 % contre 2% prévus).
Les augmentations citées pour les années précédentes étaient plutôt inférieures aux prévisions mais se situaient également autour de 2 %
Or, l’INSEE nous montre qu’entre 2000 et 2013, l’augmentation du salaire moyen a été de moins de 8 %, soit une augmentation moyenne de 0.6/ 0.7% par an.
On ne voit pas que les salaires se soient mis à augmenter nettement plus vites ces trois dernières années, d’autant plus que l’inflation a été particulièrement faible, avec la chute des prix du pétrole.
La seul explication possible est qu’on ne parle pas de la même chose dans les deux cas.
Dans le premier cas il s’agit de l’augmentation moyenne accordée à chaque individu, et dans l’autre cas l’augmentation du salaire moyen de la population
La différence s’appelle l’effet noria

noria-1

D’une année à l’autre, la population salariée s’est enrichit de nouveaux entrants (les jeunes arrivant sur le marché du travail) et appauvrit de sortants, ceux qui sont partis en retraite (on ne tiendra pas comptent de ceux qui passent par une période d’inactivité pour différentes raisons dont surtout le chômage).
Si une année donnée personne n’est augmenté et que par ailleurs les retraités sont mieux payés que les nouveaux entrants, le salaire moyen va diminuer
L’augmentation du salaire moyen est le résultat de l’augmentation des salaires de chacun corrigée de cet effet noria
A quelle hauteur se situe cet effet ?
On peut en avoir une idée en regardant le niveau des salaires selon l’âge. L’INSSE en a donné
Salaire horaire net moyen 2013, (source INSEE DADS)
Hommes Femmes
Moins de 26 ans 10.0 9.3
26 à 50 ans 15.1 12.8
Plus de 50 ans 18.6 14.0

. Une augmentation individuelle de 2% par an donne en 40 ans un peu plus qu’un doublement, celle de 1% donne autour de 50% au total : on déduit des chiffres ci-dessous que l’augmentation liée à l’âge se situe entre 1 et 2 %. : ce qui parait tout à fait compatible avec les valeurs observées pour le salaire moyen et celles signalées pour les individus.
On comprend que la prise en compte de l’effet noria soit majeure pour comprendre les évolutions salariales.