Rentrée

Dans quelques jours, plus d’un million d’enseignants et de 12 millions d’élèves entameront une nouvelle année scolaire.

Du coté des politiques, cette année va être structurée par l’élection présidentielle et les législatives qui vont suivre.
Rentree-politique-demandez-le-programme
La fin de l’année 2016 sera dominée par la primaire de la droite et la préparation de celle de gauche.

A droite, on connait peu ou prou les protagonistes : une bonne douzaine d’entre eux ont annoncé leur présence, mais la nécessité d’avoir parmi les parrainages ceux de 20 parlementaires va en réduire le nombre. Le Monde a estimé sur cette base qu’il y aura 6 candidats très probables (JF Copé, F Fillon, A Juppé, B Le Maire, JF Poisson et N Sarkozy) et deux autres possibles (NKM et H Mariton).

A gauche, on vient d’enregistrer l’arrivée de B Hamon et A Montebourg et tout donne à penser que F Hollande en sera(ou à défaut M Valls ?) auxquels s’ajoutent JL Mélenchon, les candidats habituels de LO et NPA, et peut être un candidat du PC.

Pas très féminin tout cela. Il est vrai qu’il y a Marine le Pen…

EELV a décidé de se payer, dès octobre, une primaire plus féminine, avec au moins C Duflot et Y Jadot, Karima Delli et Michèle Rivasi, la dernière risquant de ne pas trouver les parrainages nécessaires (des conseillers fédéraux d’EELV).

De son côté, F Bayrou qui soutient la candidature d’A Juppé, laisse entendre que si celui-ci n’est pas désigné comme candidat il se présentera une nouvelle fois.

Tout cela montre un paysage politique plus éclaté que jamais. Les yeux sont aujourd’hui fixés sur la présidentielle, mais on peut se demander si ce ne sont pas les législatives qui serviront de scrutin décisif, avec le risque d’une chambre « ingouvernable » où aucune force n’aura la majorité. On est en effet sorti de la bipolarisation qui a marqué depuis son établissement la Vème République, pour entrer dans un système au moins tripolaire (FN, droite et au gauche), voire quadripolaire (tant la gauche est divisée). On voit le résultat aujourd’hui en Espagne, où un nouveau scrutin n’a pour l’instant pas permis de dégager une majorité.
parlement-espagne
Cet éclatement du paysage politique n’est pas propre à la France ou à l’Espagne : le parti travailliste et le parti conservateur anglais risquent d’éclater (le premier est plus avancé dans la démarche), et l’Allemagne semble aussi préparer une multiplication des forces politiques qui comptent.

Si les élus extrêmes (FN ou à « la gauche de la gauche ») sont nombreux, comment trouver une majorité ? Que fera le président (ou la présidente) nouvel élu s’il se retrouve avec 120 élus FN, 210 Républicains, 25 élus plus ou moins centristes, 160 socialistes et assimilés et 60 élus plus à gauche coupés des précédents ?

Il ne faut pas oublier les élections des représentants du personnel dans les TPE, qui donneront la touche finale au calcul de la représentativité syndicale dans les CE et DP. RTout indique qu’on assistera à un nouveau recul de la CGT qui devrait lui faire perdre la première place au profit de la CFDT
Représentativité_DP-CE_au_31_décembre_2012
Le site Etat des lieux a pour vocation d’éclairer les choix, pas de soutenir tel ou tel. Par rapport à ce qu’a été fait jusqu’ici, deux évolutions sont prévues à ce jour :
• Raisonner un peu plus en prospective, par exemple sous la forme adoptée dans l’excellent travail fait par France Stratégie dans son projet 2017/2027 avec la notion d’enjeux
• Donner plus d’importance à la diffusion par Internet. Jusqu’à présent, les réunions d’appartement chez Verel ont été au cœur de la démarche. Elles ont permis de bien avancer sur le fond. Il n’est pas question de les arrêter mais elles seront probablement moins nombreuses.


Speak Your Mind

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>